Réinventer la puissance langagière en Afrique ?

IMG_0615
Braco Bama, Mali, 2009 (© photo cécile canut)

 

À la Colonie, dernière séance des Langues Buissonnières, à ne pas rater!

lundi 24 juin, 18h, 128 RUE LAFAYETTE, PARIS

Voir ici!

Au-delà de l’imposition de la langue coloniale dominante, restée langue officielle dans tous les pays d’Afrique subsaharienne, il importe d’aborder maintenant les effets de l’imaginaire linguistique colonial. Cet imaginaire est composé de plusieurs types de contingentements de la parole qui a pour conséquence principale d’instaurer l’idée qu’à un territoire doit correspondre une langue, un groupe (une ethnie) et une culture. Cet imaginaire s’est réalisé matériellement par une ethnicisation des pratiques langagières dont les conséquences sont prégnantes.

 

lundi 24 juin
18:00- 20:00

Nous proposerons de repenser le langage en tant que praxis, afin de construire une autre manière d’envisager les pratiques langagières en Afrique. Comment se réapproprier la puissance performative du langage par la parole, le corps et la performance ?

 

Aziz Faty, docteur en sociolinguistique, est professeur au Pearson College UWC et auteur de Politiques linguistiques au Sénégal au lendemain de l’Indépendance. Entre idéologie et réalisme politique.

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s