Po.é.li.tik: Un nouvel atelier de l’université buissonnière en 2020

Vous vous intéressez aux croisements entre voix, subjectivité, poétique, langage, inconscient, rêve…? Cet atelier est fait pour vous! Il a pour but de réfléchir ensemble à l’élaboration d’une pensée autour de ces croisements. Vous êtes tous et toutes bienvenu.e.s!

La linguistique s’affaire à montrer le fonctionnement, les règles, les contraintes sociales de la langue et du discours. Mais qui parle ? Et ce qui est-il réductible aux catégories que produisent les chercheurs ? N’y a-t-il pas autre chose qui s’invente et qui ré-invente le langage, chaque fois, différemment, quand quelqu’un parle ?

Au-delà, à côté, avec ou contre les mots de la langue, voix corps et rythmes font (aussi) la matière du langage. C’est cette matière, cet inconnu du langage que la science tend à ignorer et que le poème embrasse, que nous souhaitons explorer et questionner.

Là où nous sommes, peut-être, davantage enclin.e.s à montrer comment nous sommes parlé.e.s par la société, nous souhaitons ici donner la parole à celles et ceux qui, dans la recherche, dans la littérature ou ailleurs, ont le souci de celles et ceux qui parlent, et qui, en parlant, font poème, font sujet et font société.

Ce nouvel atelier de l’Université buissonnière qui se tiendra un mercredi soir par mois à 19h30 à la librairie Les oiseaux rares (1 rue vulpian dans le 13e).

Nous recevrons différents chercheurs ou penseurs intéressés par ces questions, et nous projetons de faire aussi des séances de discussions libres autour de textes.

Save the dates de l’année 2020!!!!

Po.é.li.tik #1 : le 22 janvier 2020 : présentation de notre atelier et des questions sociolinguistiques politiques qu’elles posent! Par exemple : comment rendre compte des positionnements des sujets dans les pratiques langagières? Quelle place pour la poétique dans la sociolinguistique?  Puis nous discuterons avec Aliou Altamine Cissé autour du rapport genre et poésie chez les Touaregs (voir ici ).

Po.é.li.tik #2 : le 13 février 2020 : Deleuze/Lacan, quels possibles agencements?

Rencontre avec Florent Gabarron-Garcia l’auteur de l’ouvrage L’héritage politique de la psychanalyse, Pour une clinique du réel. [Psychanalyste, Psychologue, Maître de conférences à Paris 8, Chercheur associé en psychanalyse (CRPMS), Chercheur associé en philosophie (ERRAPHIS), Membre de la revue Chimères fondée par Deleuze et Guattari]

Po.é.li.tik #3 : le 4 mars 2020 : Parole et Folie. La parole autrement à Laborde?

Rencontre avec Jean-Claude Polack [Collaborateur pendant une douzaine d’années aux côtés de Jean Oury et de Felix Guattari à la Clinique de La Borde.  Il a exercé dans un collectif d’analystes à Paris et animé pendant une dizaine d’années une association de malades psychotiques. Il est rédacteur en chef de la revue Chimères, fondée en 1987 par par Deleuze et Guattari et il a coréalisé un film sur François Tosquelles. Il est l’auteur de plusieurs études qui portent l’influence de son ami et collègue Guattari. Il a publié notamment : Épreuves de la folie : travail psychanalytique et processus psychotiques, Ramonville-Saint-Agne, Éditions Érès, « Des travaux et des jours », 2006.]

Po.é.li.tik #4 : le 22 avril 2020 : Poétique de la relation

Rencontre avec Myriam Suchet à propos de son dernier ouvrage : L’horizon est ici. Pour une prolifération des modes de relations, éditions du commun, 2019.

Voir notre présentation ici

Dans un monde où les liens se crispent, se liquéfient, déployer des formes de vie solidaires et émancipées implique de s’arracher aux modes de rapports établis et d’en expérimenter de nouveaux. Mais lesquels ?

Ce livre invite à porter attention aux qualités singulières de toute relation : chaque page reprend la structure du Talmud pour agencer un ensemble de matériaux empruntés à différents univers d’action, de création et de réflexion. Les textes et leurs interprétations littéraires opèrent comme des agents de liaison permettant de caractériser les modes de relation en dehors des termes habituellement employés pour les désigner et, ce faisant, ouvrir une brèche où être en lien autrement.

L’autrice tente ici de décaler nos manières de regarder et de pratiquer les relations aux autres. Et pour cela, elle expérimente un livre qui emprunte sa forme au Talmud. Les textes et leurs interprétations littéraires nous font cheminer parmi 140 extraits aussi divers que singuliers allant d’Henri Michaux, à Suzanne Jacob, en passant par Paul Celan, Sony Labou Tansi, Marguerite Duras ou encore Alain Damasio.

Le consulter : http://www.editionsducommun.org/download/2222/

Po.é.li.tik #5 : le 24 juin 2020 : Une recherche du continu : langage et relation

Rencontre avec Serge Martin, professeur à Paris Sorbonne Nouvelle, auteur et chercheur. Ses derniers ouvrages :

  • Poétique de la voix en littérature de jeunesse Le racontage de la maternelle à l’université, Paris: L’Harmattan, coll. « Enfances et langages », 2014 (présentation par l’auteur sur le site de l’éditeur : https://www.youtube.com/watch?v=jPl8Kd9_Knc [archive]).
  • Voix et relation Une poétique de l’art littéraire où tout se rattache, Taulignan: Marie Delarbre éditions, coll. « Théories », 2017. (http://www.marie-delarbre.fr/voixetrelation.html [archive]).
  • Ghérasim Luca, une voix inflammable, Saint Benoît du Sault, éditions Tarabuste, 2018, 236 p.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s